AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Stornoway est le village jouxtant l'édifice de la W.I.S.E. La route entre les deux se fait, à pieds, en une vingtaine de minutes et offre une vue spectaculaire des plages qui bordent l'île. Village tout près des montagnes est traversé d'une rivière se jetant dans la mer, charmant et pittoresque, Stornoway - à force de cohabiter avec la W.I.S.E. - est devenu un village entièrement sorcier où il fait bon vivre et travailler. Là-bas vous y retrouverez également le quartier Coigrich, un quartier qui, depuis quelques années, s'est naturellement développé avec l'arrivée d'étudiants aux origines multiples à la W.I.S.E. - sur la rue Goathill. Restaurants italiens, japonais, coréens et même canadiens y ont vu le jour. Salles de bowlings, de karaokés, petits salons de thé, boulangeries, bibliothèques, magasins de musique, terrains de foot, studios de danse, gymnases et bars ont pointés lentement le bout de leur nez, faisant maintenant compétition aux édifices ancestraux présent depuis bien longtemps dans les rues de Stornoway.
welcome sur Memor Mirificus, un forum University/City/HP de type fantastique ou vous pouvez incarner moldus, sorciers ou cracmols. Le jeu se déroule a Stornoway sur l'île de Lewis, là ou la première université pour sorciers et moldus a ouvert ses portes. Vous aurez sept jours pour terminer votre fiche. aucun nombre de RP par mois n'est demandé, ni de ligne minimum par réponse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mais faut pas avoir peur! [PV Paddy]

Mer 24 Oct - 14:55
Eron fixe les arbres devant lui d’un air pensif, son livre d’histoire ancienne magique ouvert sur ses genoux. Il est enveloppé dans un manteau en coton bleu ciel et une écharpe de laine toute douce couleur brique lâchement posée sur son cou. Il ne fait pas si froid mais il avait peur que le temps soi traitre. Finalement, il crève de chaud mais il n’ose pas l’enlever pas peur de l’oublier et de ne pas l’avoir si le froid venait à surgir soudainement les prochains jours. Le voilà donc en plein dilemme de confort, posé sur son banc, dans le parc de l’université, à fixer des arbres en réfléchissant au sens de la vie.

Il attend aussi quelqu’un. Enfin, il n’est pas sûr qu’il va venir mais il a envie qu’il vienne et il pense qu’il va donc passer. De là à ce qu’il soit là au bon moment, c’est une bonne question. Eron soupire et replonge dans son bouquin. Melon grommelle des insanités en chien et remue dans son sommeil en donnant des coups de pattes aux chaussures du jeune homme. Il sourit avec tendresse en regardant son chihuahua et le caresse doucement de la tête avant de reprendre sa lecture là où il l’avait arrêté. Il n’était pas concentré. C’était au moins la cinquième fois qu’il lisait ce paragraphe. Ce n’était pas grave, il avait compris le cours alors il lui importait beaucoup plus de simplement s’occuper en attendant son ami. Ce dernier avait semblait-il prévu une excursion pour eux aujourd’hui et ce fait mettait Eron dans tout ses états. Il savait de quoi était capable Padraig une fois lancé et il appréhendait beaucoup cette potentielle aventure.

Melon se réveilla soudain. Il se mit sur ses pattes et se jeta à la poursuite d’un insecte volant passant par là par hasard. Eron écarquilla les yeux en voyant sa boule de poil s’éloigner sans conscience du monde alentour et poussa un cri étranglé. Il envoya voler son écharpe et son livre et parti à la poursuite de son chien en courant. Il marchait autant sur ses chevilles que sur ses pieds mais il lui importait plus, il fallait rattraper le canidé débile qui courait sans queue ni tête après sa mouche ou qu’importe l’insecte dans le parc de l’université. Il pourrait se faire mal d’un rien ! Tel maître tel chien. Eron avait de très bonnes raisons de s’inquiéter. La dernière fois, un papillon s’était posé sur une petite pierre et Melon avait avalé la pierre en pensant avoir affaire au papillon. Était-ce nécessaire d’en dire plus ? Eron réussit à rattraper son bébé après maintes chutes et contusions et le brandit au-dessus de sa tête comme le Saint Graal. Ou comme Simba. Le chien continuait à courir dans le vide et Eron était étalé sur l’herbe humide, le manteau plein de terre et de tâches vertes. Il soupira et se remit debout, Melon sous le bras en cherchant du regard son banc. Il s’y dirigea d’un pas lent en reprenant son souffle. Déjà fatigué de cette journée.
avatar
Neutral
ft. : Park Ji-Min
crédits : newstigma
Hiboux envoyés : 36
Sur MM depuis : 11/07/2017
Allégeance : SINSEAR
Mornilles : 91
DC : Keir/Asaki/Sican/Maddy
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Oct - 16:28
Aujourd'hui était un jour spécial pour Padraig. Il avait concocté le meilleur plan de l'univers et son ami allait être un cobaye de choix pour l'irlandais. Ricanant machiavéliquement dans son menton imberbe, il partit en direction du blondinet qui devait l'attendre. Il aimait se faire désirer et prenait son temps. Il faisait profiter à la populace du campus son incroyable déhanché à faire frémir de jalousie Beyoncé. Le garnement ne c'était pas adouci depuis la disparition de Adele. Certains diraient qu'il est devenu intenable et d'autres préféraient changer de trottoir. Chaqu'un  son point de vue mais une chose est sûr, le brun essayait de sortir la tête de l'eau pour ne pas se noyer dans son chagrin. Car une piscine de larmes n'était pas ce qu'il y avait de mieux pour faire un crawl. Puis bon, cela déshydraté sa peau de bébé. Heureusement que bébé Pad' pouvait compter sur son ami Eron dans son cercle intime. Malgré ses rigolades envers le garçon, Padraid le considérait comme étant une personne faisait partie de sa vie. Et il ne se voyait pas sans lui dans le futur, CQFD. Puis grâce à lui, Eron allait évoluer tel un Pokémon de bas étage. Ses peurs allaient disparaître avec le Chevalier Padraig à la rescousse de la Princesse Eron. Ses lèvres peintes en un rose poupée s'étiraient en un sourire satisfait de cette réalité plaisante. Tournant à gauche puis à droite, il traversa une petite allée. Au loin, il repéra une chevelure qu'il connaissait par cœur. Son système cardio-vasculaire fit un soubresaut dans sa poitrine et ses joues prirent délicatement une teinte rouge à cause du froid. On aurait dit une jeune pucelle qui venait de voir son amant au détour d'un vestibule. Mais la réalité était parfois plus sombre que les pensées édulcorées de l'éleveur de chèvres. « Dia duit* ! » salua vivement le jeunot à l'oreille d'Eron en gaélique. Il voulut poursuivre sa phrase mais commença à éternuer violemment. L'effet de classe pouvait repasser. Padraig était entrain de mourir à cause des poils du chien. Paix à ton âme. Reniflant comme le péquenaud qu'il était, le joli jeune homme fit un sourire éblouissant pour finalement embrasser la joue de son bébé. «  Alors comment ça va ? » demanda Paddy se fichant de la réponse avant d’enchaîner aussi rapidement qu'une mandragore sous LSD. «  Prêt pour l'aventure de ta VIE ? » demanda l'irlandais en accentuant bien sur le mot « vie » le tout avec un sourire innocent. Avait-il déjà dit, qu'il était la réincarnation d'un ange ? Pourtant on pouvait voir l'auréole et les ailes dans son dos.



*Bonjour
avatar
ft. : Gino Pasqualini
crédits : Neutral
Hiboux envoyés : 54
Sur MM depuis : 23/10/2016
Allégeance : Sinsear
Mornilles : 127
DC : Eden ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Oct - 17:12
Eron poussa un cri de crécerelle en sautant dans les airs dans un magnifique bond de biche avant de réaliser que Padraig se trouvait derrière lui. Melon aboyait à n’en plus savoir que faire de sa voix suraiguë et le jeune brun avait besoin de toute sa volonté pour reprendre sa respiration. Il continua pendant ce court laps de temps à fixer son ami comme s’il était un diable sorti d’une boite. Il réalisa, mais un peu tard, qu’il s’était tordu le genou au passage et que ça lui faisait un mal de chien. Il déglutit et apprécia un peu sournoisement de voir Paddy tousser à cause de Melon. Bien fait. Il caressa d’ailleurs la tête de son compagnon pour le calmer avant qu’il ne fasse une crise cardiaque à force d’aboyer. Le petit chien chouina un peu avant de se stopper, en dévisageant Padraig comme s’il était l’horreur suprême. Cela amusa beaucoup Eron qui savait qu’une fois que Paddy aura posé ses grandes paluches sur Melon pour lui faire des câlins, celui-ci oubliera toute détestation à son égard.

Eron se laisse embrasser la joue et soupire en regardant Padraig de bas en haut. « ‘Lut ! » marmonne-t-il d’un ton bougon. Il sentit qu’il n’était pas obligé de répondre à la question sur son état de son ami puisque celui-ci enchaina et que de toute manière depuis qu’il était là, une boule de la taille de Melon lui était remonté dans la gorge et lui serrait les cordes vocales comme un troll sa massue. Il déglutit et réussit à reprendre assez de courage pour grimacer et répondre à la puce surexcitée devant lui.

« Jamais, mais je sais que j’ai pas le choix. » souffla-t-il du bout des lèvres en regardant autour de lui avec appréhension. Il était tendu comme un arc et se sentait prêt à exploser. Sa tension et sa peur était aussi palpable que l’excitation de Padraig en face de lui. Ils formaient un contraste très intéressant. Eron mis la main à sa gorge pour resserrer son écharpe. Il avait envie de s’étouffer avec, et en avait oublié son inconfort dû à la chaleur mais elle n’était plus là. Il écarquilla les yeux et regarda autour de lui avant de réaliser qu’elle gisait à côté de son banc, auprès de son livre retourné. Il glapit et se précipita vers ses affaires qu’il rangea avec des gestes vifs mais imprécis avant de se retourner vers Padraig comme un condamné du couloir de la mort.

« Bon. Du coup. C’est quoi le programme ? » demanda-t-il avec un petite voix toute tremblante. Il sentait son cœur qui cognait contre sa poitrine et son corps tout entier vibrait de terreur. Padraig avait un talent fou pour les placer dans des situations anormales et franchement terrifiante et il était très loin d’être rassuré devant l’enthousiasme de l’autre.
avatar
Neutral
ft. : Park Ji-Min
crédits : newstigma
Hiboux envoyés : 36
Sur MM depuis : 11/07/2017
Allégeance : SINSEAR
Mornilles : 91
DC : Keir/Asaki/Sican/Maddy
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Oct - 17:38
Plutôt fier de son effet, un sourire éclatant barrait le visage angélique de Padraig. En voyant la boule de poils qui lui provoquait la morve au nez. Il décida de récompenser Melon -pan- de quelques grattouilles stratégiques. Voyant son ami enchaîné un petit saut de gazelle vers son écharpe. Peut-être devrait-il inscrire Eron dans un ballet ? Le savoir en tutu ou en collant était juste jouissif pour l'imagination frétillante de l'irlandais. « Tu sais bien que tu as le choix. » dit Paddy penaud par la réticence du blond. « Enfin, parfois. » murmura celui-ci pour lui-même. Retrouvant son sourire et son excitation de puce sous drogue. Il attrapa Eron par le bras pour le rapprocher à lui. Et dans un geste de la main il balaya le parc. « Je vais te faire découvrir des choses ! Mais je ne peux pas t'en dire plus. Sinon, pouf plus de surprise ! » expliqua Paddy en papillonnant des yeux essayant de faire avaler la pilule au blond. Car il se doutait que si il exposait son plan de façon méthodique et scientifique que l'autre file à l'anglaise et il avait besoin de son cobaye. « Bon ce n'est pas tout, mais le monde ne va pas se faire sans nous ! » Et c'est tout content qu'il entraîna son ami derrière lui. Ou plutôt kidnappa Eron sans son consentement. La prochaine fois, il fera signé un contrat -BDSM- à Eron où il dit avoir prit conscience des risques et qu'il entamera pas des poursuites envers le boule du blanc-bec. Mouis, c'était une idée à mettre en place ça! Pourquoi n'avait-il pas eut l'idée plutôt et enchaîné le Berry à un mariage avec lui ? Il ne voulait pas terminer comme sa sœur, vielle fille et aigre de la vie entourée de chèvres puantes. Non, il était bien trop parfait pour que le monde se passe de lui ! Puis qu'allait devenir Eron sans lui ? Le pauvre bichon, allait être perdu, paumé ! Arg qu'elle horreur ! «  Je ne t'abandonnerai jamais et je n'irai pas vivre reclus avec des chèvres, mon petit » déclara fortement Padraig la larme à l'oeil en serrant son ami dans les bras. Du bout de son doigt, il fit volatiliser la larme de croco et ne laissa pas un moment de répit à Eron pour l’entraîner vers la Tour-qui-fait-peur.
avatar
ft. : Gino Pasqualini
crédits : Neutral
Hiboux envoyés : 54
Sur MM depuis : 23/10/2016
Allégeance : Sinsear
Mornilles : 127
DC : Eden ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Oct - 18:08
Le choix… Eron lança un regard pas trop convaincu à son ami. Il avait envie de passer du temps avec Padraig, il adorait ce gars ! Mais il ne comprenait pas pourquoi ils ne pouvaient que rarement passer du temps tranquille ensemble sans chercher la petite bête. Elles sont gentilles les petites bêtes ! Mais c’est très bien de faire des choses normales et sans danger, pas effrayantes quoi. Des trucs qui ne risquent rien, et où on peut juste profiter tranquillement de la vie sans prise de tête. Mais le sans prise de tête ce n’était pas Padraig. Au moins ce dernier comprenait-il que Eron n’était pas super emballé. Ça ne changeait rien au fait qu’il allait s’y retrouver plongé sans pouvoir rien y faire. Parce que la volonté de Padraig était comme un tsunami sur la toute petite digue de bois de celle de Eron.

L’appréhension lui tord l’estomac tandis qu’il se laisse entrainer à reculons, Melon sur les talons. Il lance un dernier regard de regret à son banc et au ciel découvert avant de se retrouver dans l’université, trainé par Padraig dans les étages. Sa respiration s’accélère tandis qu’il observe autour de lui en se demandant où il va se retrouver encore une fois. D’une certaine manière qu’ils soient à l’intérieur de la fac lui paraissait plus terrifiant que s’ils étaient allés à l’extérieur. Parce que c’était logique que l’extérieur soit inquiétant, mais que quelque chose excite autant Padraig ici… Là, c’était pire qu’inquiétant pour être sincère. Il réussit à lui faire un sourire crispé et lui répondit avec cinquante ans de retard.

« C’est… gentil de dire ça… Mais même sans moi, tu n’irais pas vivre avec tes chèvres, Pad. »

Il apprécie cependant le câlin et ça l’aide à se recentrer un peu alors que son cœur est sur le point de sortir de sa poitrine à cause du stress. Ses genoux partent en vrilles à chaque marche d’escalier et c’est un miracle qu’ils ne soient pas encore tombés. Un miracle qui ne dura pas longtemps lorsqu’Eron se prit les pieds dans la dernière marche d’un escalier et s’étala de ton son long sur le sol. Melon vint lui lécher le visage d’un air joyeux tandis qu’il se redressait avec la force de l’habitude et reprenait sa marche du condamné derrière Paddy.
avatar
Neutral
ft. : Park Ji-Min
crédits : newstigma
Hiboux envoyés : 36
Sur MM depuis : 11/07/2017
Allégeance : SINSEAR
Mornilles : 91
DC : Keir/Asaki/Sican/Maddy
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Oct - 10:30
Padraid eut un moment d'émoi devant la réponse si belle de son ami. « Heureusement que tu es là » Oui, heureusement sinon il ne pourrait jamais assouvir ses expériences. Puis il avait le meilleur cobaye de l'univers ! Tout content d'avoir entraîner -une nouvelle fois- son ami dans sa folle aventure. Il trépignait d'avance d'avoir en direct la réaction de celui-ci. « Je suis sûr que tu vas adorer ! » déclara l'irlandais en attrapant par le bras pour coller le blond à lui, et surtout pour pas qu'il puisse s'échapper. Non mais ! Il avait à l'oeil le blondinet. Il montait les marches d'escaliers à quatre à quatre laissant Eron à la traîne derrière lui. «  Tu pourrais te dépêcher » pesta Padraig contrarié d'être retardé dans son plan. Quand il entendit un bruit effroyable, il vit Melon lécher la joue de son maître qui lui lécher le sol. « Eron, si tu voulais faire un bisou au sol tu avais pas besoin de tomber » dit l'irlandais dépité de voir son ami entrain de faire la chenille. C'est avec son incroyable bonté, qu'il tendit sa main pour l'aider à se relever. Oui, il était adorable. Franchement, peu d'ami ferait ce qu'il vient de faire ! Eron devrait-être reconnaissant de l'avoir dans son cercle. On pouvait dire que la diva qu'était Paddy avait de la chance de ne pas avoir les chevilles qui gonfles... « Bon, tu es prêt ? » demanda Paddy le sourire aux lèvres avec la tronche d'un fripon qui préparer quelque chose. Ne laissant pas l'autre répondre, il l'attrapa par le bras pour le tirer à sa suite avec le chien qui le faisait toujours autant éternuer. A cause de ses bêtises son effet de surprise aller partir en autarcie sans lui. Car oui, Padraig avait projet de déjouer le labyrinthe et d'aller voir cette fameuse salle qui faisait pleurer des dernières années. Son esprit scientifique voulait voir la chose et mieux la comprendre. Et c'est à travers le visage expressif d'Eron qu'il allait mieux voir la subtilité de la chose.  Il était tout frétillant. Sa monotonie allait être brisée et son ennuie comblé. Lui qui avait prit l'habitude à lire sous son plaid et à bouffer de la crème glacée à cause de son chagrin. Il allait tourner la page grâce à Eron et surtout à lui.
avatar
ft. : Gino Pasqualini
crédits : Neutral
Hiboux envoyés : 54
Sur MM depuis : 23/10/2016
Allégeance : Sinsear
Mornilles : 127
DC : Eden ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Oct - 8:28
Comme d’habitude, Padraig répond à côté de la plaque, mais comme d’habitude (bis) cela fait sourire Eron malgré lui. Il préfère ne pas enchainer, il l’adore comme ça son Paddy… avec ses manières et ses décalages naturels. Son sourire se crispe légèrement lorsque son ami qui assure qu’il allait adorer. Il en était beaucoup moins certains que le brun. D’abord parce que de base, ils n’ont pas du tout la même notion de ce qui est amusant : les soirées bouquins/musique au coin du feu pour l’un… Et les escapades nocturnes dans les coins glauques de Londres pour l’autre… Par exemple. Pris au hasard. Mais ensuite parce que quand Padraig affiche ce regard couplé avec ce sourire, Eron sait qu’il va souffrir. Il y allait quand même cependant, tout simplement parce qu’il était incapable de réellement refuser quoi que ce soit à son ami. Et peut-être un peu parce qu’il est un maso qui s’ignore, allez savoir. Il ignore les remarques l’enjoignant à la rapidité. Tout simplement parce qu’il n’a pas envie de retomber encore une fois. Et lui éviter les remarques (bis) sur son amour des sols de Paddy.

« Je n’ai aucune envie d’embrasser le sol, Pad, tu le sais très bien. » soupire-t-il en se redressant et en repartant cahin cahat derrière la pile électrique brune qui le précède.

Ils arrivent dans une partie de la fac dont Eron a vaguement entendu parlé en six années d’études… Mais qu’il n’a aucune envie de visiter. Il lance un regard effaré à Padraig qui semble tellement heureux qu’il n’a pas le cœur de lui avouer que ses jambes tremblent. Il prend une longue inspiration avant de dire d’une toute petite voix :

« Tu… tu es sûr là ? Je suis pas certain que ce soit une si bonne idée. Y’a plein de gens qui ont disparu là-dedans ! »

Il doit être blanc comme un linge et il le sait… Mais si Padraig est sûr de lui, pourquoi ne pourraient-ils pas s’en sortir sans encombre ?
avatar
Neutral
ft. : Park Ji-Min
crédits : newstigma
Hiboux envoyés : 36
Sur MM depuis : 11/07/2017
Allégeance : SINSEAR
Mornilles : 91
DC : Keir/Asaki/Sican/Maddy
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: